Aller au contenu principal

Manfred et l’Esprit, d’après Lord Byron

Barthélémy-Charles Durupt Paris, 1804 – Paris, 1838

Huile sur toile, 1831 H. 60 ; L. 50 cm

Don, Les Amis du musée, 2008

Le Moyen-Âge et la Renaissance inspirèrent au mouvement romantique un renouveau iconographique fécond. Manfred et l’esprit est signé d’un élève du Baron Gros, Charles- Barthélémy Durupt, marqué par la lecture du drame de Byron.
Manfred, hanté par le souvenir de sa sœur bien-aimée, dont il tente d’expier le meurtre qu’il a commis, cherche auprès de sept esprits l’oubli de sa faute. La scène représentée ici, évoque un de ces esprits  lui apparaissant soudain sous les traits d’une vision féminine diaphane qui l’implore. L’artiste prise les détails historiques, sensibles dans le costume, le mobilier néo-gothique, l’accumulation d’objets d’inspiration alchimique, l’effet théâtral enfin, qui accentue le caractère fantasmagorique de la composition. Cette œuvre a appartenu au scientifique Jules Cloquet, médecin personnel de Louis-Philippe.
 

Beaux-Arts

En prêtMusée des beaux-arts de Reims
AccueilLes collectionsBeaux-ArtsManfred et l’Esprit, d’après Lord Byron
 

Dernières acquisitions

A découvrir
dans l'Hôtel Scheffer-Renan