Aller au contenu principal

Ernest Renan

 
<<

Musée de la Vie romantique: adresse et horaires

Hotel Scheffer-Renan
16, rue Chaptal
75009 Paris

Téléphone :
+33 (0)1 55 31 95 67

Horaires d'ouverture :
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Fermé les lundis et certains jours fériés. 

Accès :
Métro : Saint-Georges (ligne 12), Pigalle (ligne 2 ou 12), Blanche (ligne 2)

Chronologie

Chronologie de la vie d'Ernest Renan

Découvrez en images la chronologie de la vie d'Ernest Renan.

--> Pour ce faire, cliquez sur la flèche de droite en-dessous de l'image.

  • Maison natale d'Ernest Renan
    Maison natale d'Ernest Renan (1823-1892), Tréguier, 1884. Paris, musée de la Vie romantique. - © Musée de la Vie romantique / Roger-Viollet

    1823. Ernest Renan naît le 28 février à Tréguier en Bretagne. Sa mère, Madeleine, tient une épicerie et son père, Philibert, est capitaine au long cours.
    1832. Ernest Renan rentre au Petit séminaire de Tréguier.
    1838. Il entre, avec une bourse d'études, au petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, dont le directeur est l'abbé Dupanloup. Il y fait ses études pendant trois ans.
    1841. Il entre au grand séminaire d'Issy-les-Moulineaux, succursale de Saint-Sulpice. Il y fait ses deux ans de philosophie. Il rejoint deux ans plus tard le grand séminaire de Saint-Sulpice où il commence à étudier l'hébreu, puis l'allemand, le syriaque et l'arabe.
    1844. Premières hésitations sur son engagement religieux, qu'il confie surtout à sa soeur Henriette. Il quitte le grand séminaire un an plus tard et s'engage dans des études de lettres. Il devient l'ami du scientifique Marcellin Berthelot.
    1848. Renan est reçu premier à l'agrégation de philosophie.
    1849-1850. Renan est chargé de mission en Italie pour 8 mois.

  • Cornélie Scheffer-Renan par son oncle Ary Scheffer
    Ary Scheffer (1795-1858). Cornélie Scheffer-Renan, 1857. Paris, musée de la Vie romantique. - © Musée de la Vie romantique / Roger-Viollet

    1856. Il devient membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Le 11 septembre, il épouse Cornélie Scheffer, la fille du peintre Henry Scheffer et la nièce du peintre Ary Scheffer. Ils ont un premier enfant, Ary, deux ans plus tard.
    1860. Ernest Renan effectue à l'occasion d'une expédition française une mission archéologique au Liban et en Syrie.
    1862. Il est nommé au Collège de France à la chaire de Langues hébraïque, chaldaïque et syriaque.

  • Caricature de Renan par Gill
    André Gill (1840-1885). Caricature d'Ernest Renan en diable, Une du journal La Lune, 11 mai 1867. Gravure. Paris, musée de la Vie romantique. - © Musée de la Vie romantique / Roger-Viollet

    1863. La publication de sa Vie de Jésus, ouvrage écrit lors de son séjour à Ghazir au Liban, connaît un grand succès. Néanmoins, le contenu du livre est très controversé dans certains milieux car Renan dresse une biographie de Jésus sans évoquer sa nature divine. L'écrivain est abondamment caricaturé dans la presse. Un an plus tard, il est destitué de sa chaire au Collège de France.
    1865. Avec sa femme Cornélie, il fait un voyage en Égypte, en Asie mineure et en Grèce, sur les traces des missions de Saint Paul.
    1869. Il se présente sous l'étiquette d'indépendant à un siège de député en Seine-et-Marne, ce qui lui vaut un échec électoral.
    1870. Il obtient de revenir au Collège de France pour retrouver sa chaire.
     

  • Photographie d'Ernest Renan par Brogi
    Giacomo Brogi (1822-1881). Ernest Renan assis, accoudé à un bureau, XIXème siècle. Photographie. Paris, musée de la Vie romantique. - © Musée de la Vie romantique / Roger-Viollet

    1878. Il est élu à l'Académie française.
    1880. Il est promu officier de la Légion d'honneur.
    1882. Il donne la conférence "Qu'est-ce qu'une nation ?" à la Sorbonne. Cela lui vaut une renommée considérable.
    1883. Il devient administrateur du Collège de France.

  • Ernest Renan par Saint-Marceaux
    René de Saint-Marceaux (1845-1915). Buste d'Ernest Renan, 1883. Plâtre. Paris, musée de la Vie romantique. - © Musée de la Vie romantique / Roger-Viollet

    1884. Il est promu commandeur de la Légion d'honneur.
    1888. Il est élevé au grade de Grand Officier de la Légion d'honneur.
    1892. Il meurt le 2 octobre à Paris et est enterré au cimetière Montmartre.
    1903. L'érection d'un monument à la gloire d'Ernest Renan à Tréguier (sa ville natale) soulève d'ardentes polémiques. Il est finalement inauguré en présence de Marcellin Berthelot, son fidèle ami, Anatole France et Émile Combes.

 

Dernières acquisitions

A découvrir
dans l'Hôtel Scheffer-Renan

En raison du mouvement des œuvres vers d'autres institutions ou de leur conservation dans les réserves, certaines ne sont pas actuellement exposées au public dans les collections permanentes. ►Cliquez sur la page suivante pour en savoir plus