Aller au contenu principal

Dialogue de géants

 
<<<

Événement

Informations pratiques

Sur réservation

Gratuit

Accessibilité : Personnes à Mobilité Réduite (PMR)

À 19h30. Durée : 1h15.
Lien vers le formulaire d'inscription.

Musée de la Vie romantique: adresse et horaires

Hotel Scheffer-Renan
16, rue Chaptal
75009 Paris

Téléphone :
+33 (0)1 55 31 95 67

Horaires d'ouverture :
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Fermé les lundis et certains jours fériés. 

Accès :
Métro : Saint-Georges (ligne 12), Pigalle (ligne 2 ou 12), Blanche (ligne 2)

Lecture-spectacle autour de la correspondance échangée entre Ivan Tourgueniev et Pauline Viardot et leur influence dans le monde littéraire, musicale et artistique du XIXe siècle.

Saint-Pétersbourg, 1863. Ivan Tourgueniev rencontre Pauline Viardot pour la première fois. Celle-ci, âgée de 22 ans, se produit au Grand Opéra de Saint-Pétersbourg comme prima donna soprano et mezzo - soprano.  Enthousiastes, la famille impériale, les plus hauts représentants de la ville et du monde littéraire, musical et intellectuel de l’époque, l’ensemble des spectateurs qui se pressent jusqu’à rester debout pendant la durée des concerts, réservent  à la jeune diva française un véritable triomphe. Tourgueniev l’applaudit à tout rompre, se fait admettre dans sa loge au milieu de ses admirateurs et …tombe immédiatement sous son charme : point de départ d’une amitié amoureuse hors du commun et d’une correspondance passionnée de plusieurs centaines de lettres.
Ces deux géants de la littérature et de la musique ont ceci de commun que leur Art tient une place essentielle dans leur vie. Ils y consacrent leur temps, leur énergie et leur esprit critique. Une passion pour leur Art, mais au-delà, pour tous les Arts. C’est pourquoi Pauline Viardot - accompagnée d’Ivan - veut partager avec ses amis et connaissances compositeurs, instrumentistes , peintres – et parmi eux, bien sûr, Ary Scheffer - , illustrateurs, écrivains, poètes ou esprits libres et observateurs engagés, cette passion pour les Arts et pour les débats d’idées. Elle les accueille dans les salons de son hôtel particulier du 48 avenue de Douai à Paris, de sa villa de Baden–Baden ou de sa charmante propriété Les Frênes à Bougival. Tourgueniev l’encourage, traduisant les textes de ses romances, suivant avec dévouement  leur publication en Russie, écrivant les livrets de ses opérettes, entourant d’affection toute la famille Viardot : Pauline, Louis et leurs quatre enfants.
Nourris de leur dialogue avec l’intelligentsia française et européenne,  ces deux artistes ont fait preuve d’une immense ouverture d’esprit et d’une soif insatiable de connaissance. Leurs lettres en sont le parfait témoignage.
 

LES ARTISTES
Maud Rayer

Maud Rayer débute une carrière de comédienne à la fin des années soixante. Elle a jusqu’à ce jour joué plus d’une soixantaine de rôles au théâtre, auprès de metteurs en scène tels que Raymond Rouleau, Roger Planchon, Jorge Lavelli, Giorgio Strehler, Georges Wilson, Joël Jouanneau, Jacques Nichet, Vincent Dussart, Eric Lacascade.
Elle a participé à la création de spectacles de théâtre et musique sous la direction de Charles Dutoit, Laurent Cuniot, Jean-Marie Sénia, Jacqueline Bourgès-Maunoury ou encore Ariel Alonso.
Elle a interprété de nombreux rôles au cinéma notamment avec Jacques Demy, Claude Chabrol, Jean Pierre Jeunet,Volker Schlöndorff, Bertucelli, Jean-Pierre Denis,…
Maud Rayer a également beaucoup travaillé pour la télévision avec Claude Barma, Claude Santelli, Paul Seban, Pierre Cardinal, Nina Companeez et Caroline Huppert entre autres.
Après une tournée avec Mesure de nos jours de Charlotte Delbo, elle a donné lecture de « chroniques parallèles » croisant le regard de plusieurs personnalités sur la Grande Guerre : Colette et les autres, 1914-1918.
Maud Rayer donne régulièrement des récitals de lectures et de poésie.

Benjamin Jungers

Après s'être formé au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, Benjamin Jungers intègre la troupe de la Comédie-Française de 2007 à 2015. Il y multiplie les rôles, dirigé par des metteurs en scène tels que Christophe Rauck (il est Chérubin dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais), Fausto Paravidino (Gianni dans La Maladie de la famille M de Paravidino, pour lequel il est nommé « jeune talent masculin » aux Molières 2011), Catherine Hiegel (Cléante dans L’Avare de Molière), Lilo Baur (Gorin dans La Tête des autres de Marcel Aymé), Christian Benedetti (X dans Existence d'Edward Bond). Il danse également dans L’Autre, spectacle chorégraphié par Françoise Gillard et Claire Richard.
Puis il quitte la Comédie-Française en 2015. Depuis, il a interprété Octave dans Les Fourberies de Scapin de Molière mises en scène par Marc Paquien, Lui dans L’Autre de Florian Zeller par Thibault Ameline, Clitandre dans Les Femmes savantes de Molière par Catherine Hiegel, Arlequin dans Les Jumeaux vénitiens de Goldoni par Jean-Louis Benoit au Théâtre Hébertot.
Benjamin Jungers s’intéresse à l’écriture et à la mise en scène ; il écrit les textes qu’il interprète lui-même à l’occasion de deux Cartes blanches au Théâtre du Vieux-Colombier (2008 et 2012).
En 2019, Benjamin Jungers joue notamment dans Parce que j'en avais besoin, œuvre chorégraphique écrite et mise en scène par Françoise Gillard.

Alain Ghazal

Dès son plus jeune âge, Alain Ghazal transforme sa chambre en studio, la maison de ses parents est envahie par les micros, les marionnettes trônent dans le salon. Il s’amuse à imiter, à inventer, à interpréter.
Il a 20 ans lorsqu’il arrive à Paris. Jacqueline Joubert lui fait réciter les fables de La Fontaine devant sa caméra. Il devient la voix off de l’habillage de RFI, puis de Chérie FM, de BFM et de TF1. Radio Classique lui confie l’animation des soirées, Arte et France 5 la narration de nombreux documentaires.
Il a été choisi pour être la voix officielle du réseau France Bleu, de France 24, et du groupe France Télévisions. Il annonce les auto-promotions de Radio France et prête sa voix à la publicité en France et à l’étranger.

La compagnie Les Signatures, constituée à la fin de l’année 2015 par Françoise Gillard, sociétaire de la Comédie-Française, a pour objet de concevoir des spectacles et d’organiser des rencontres culturelles, essentiellement littéraires. La compagnie Les Signatures poursuit en effet deux objectifs : créer des passerelles entre les différentes disciplines artistiques (théâtre, danse, mime, travail sur le corps et le mouvement, poésie, musique, arts plastiques…) et promouvoir la littérature sous ses différentes formes.


Entrée libre dans la limite des places disponible et sur inscription : lien vers le formulaire d'inscription.

Pour aller plus loin

Paris romantique, 1815 - 1848, "Les salons littéraires"

 

Dernières acquisitions

A découvrir
dans l'Hôtel Scheffer-Renan

En raison du mouvement des œuvres vers d'autres institutions ou de leur conservation dans les réserves, certaines ne sont pas actuellement exposées au public dans les collections permanentes. ►Cliquez sur la page suivante pour en savoir plus